Stéphanie Muzard, écocitoyenne, artiste et paysanne

Stéphanie Muzard, écocitoyenne, artiste et paysanne

Halte à la MORTBOUFFE dans nos cantines mêmes rurales !


Halte à la MORTBOUFFE dans nos cantines même rurales !

charlie-hebdo.jpg
 

Je suis désespérée ... Crime organisé et subventionné, la mortbouffe  a envahi le pays et nous tue. Quoi faire devant tant d'ignorance et de gravité, de passivité ? Retirer mon fils me fera faire 40 kilomètres par jour pendant un an. Nous sommes pris en otage par la fermeture des classes et des écoles de nos villages. Ici nous sommes en RPI. Rapide calcul : 40 kilomètres par jour soit 14 € de frais d'essence par semaine soit 560 € par an pour faire le trajet sur un budget de famille SOUS le seuil de pauvreté pour que nos enfants mangent de la nourriture PRODUITE par les paysans de ce même village qui me livrent ou que je vais chercher à la ferme. Combien coûte le trajet au supermarché de la mortbouffe et son acheminement ?

 

 

cantine-brengues.jpg

 

L'argument économique ne tient pas. D'autres cantinières auparavant ont cuisiné et celle de Marcilhac le fait tous les midis depuis des années à notre grande satisfaction, pour 10 cts de plus.

Nier les évidences revient donc à de la mauvaise foi, ignorance et/ou de l'hypocrisie et manque de volonté devant la gravité de la situation.

A l'argumentation 

"Manger local, peut paraitre une évidence pour certain, mais reste un luxe pour le plus grand nombre!", je réponds :

 

Absolument pas d'accord. Je suis pauvre et je mange local. C'est un choix.

Le reste c'est de la MAUVAISE argumentation. Nos enfants ne sont pas des porcs hybrides à nourrir en granulés de MERDE. ça dispense de se poser les bonnes questions. Que se passait-il avant même pour moi qui n'ai QUE 42 ans ? Je n'ai jamais BOUFFE comme ça dans une cantine !

Pour faire des économies, et cesser l'hypocrisie : mettons les directement sous perfusions de CANCERS au lieu de pondre des vaccins contre le cancer !

Le luxe n'est pas de manger local mais de construire des cancéropôles et de mentir à nos enfants, de détruire les terres fertiles avec des projets d'artificialisations des terres et de détruire le monde paysan et notre santé et tout ce qui va avec y compris le monde du travail, le nôtre, et le lien social. Depuis la fameuse" révolution verte" en agriculture, le budget alimentation a baissé artificiellement (pas à qualité égale) tandis que le budget santé et coût environnemental, social ont explosé et ne cessent de faire des VICTIMES et des ravages avec effondrement de la biodiversité en sus.

Mon fils ne connaissait que très peu la mortbouffe avant d'aller à la cantine. 

C'est quand même un COMBLE. Il n'aime pas trop cela car du haut de ses 6 ans, il aime la nourriture naturelle, et sait les dégâts des "cochonneries", comme il dit. Pour lui du kiri ou autre fromage analogue de chez Cargill qu'on trouve dans tous les plats préparés industriels, ce n'est pas du fromage, ça n'a aucun goût ni saveur ni même éthique. (cliquez ici pour l'info)

 

Il se régale des fromages producteurs et variés.  Il ne connait pas les glaces twix bourrées de merde immonde et composants chimiques. Il préfère des figues fraîches, des mûres, des framboises, des fraises, des pommes, des poires, des fruits de saison du marché ou du jardin à des bonbons aux colorants chimiques comme les chamallows distribués pour je cite : "leur faire plaisir ou les récompenser" qui rendent OBESE et MALADE. Il préfère les carameuhs, les jersiettes, la vraie glace au chocolat ou à la vraie vanille de la ferme meuh, paysans sans terres du Limousin. Il sait mettre du sucre roux de canne bio acheté en 5 kilos dans son yaourt fermier, ou de la vraie confiture ou du vrai miel. Dans le LOT nous avons des producteurs de yaourts de vache, de brebis, de chèvre, des producteurs de miel BIO à BRENGUES.( Le rucher de la Falaise, Anne et son compagnon), des confitures, des noix, de Patricia, la ferme Mas de Furat à BRENGUES. ( porc, poulets, œufs, pâtés, huile de noix, confitures, etc). Et dans ce même village, nous avons des maraîchers BIOS avec une ferme à sauver du dépôt de bilan à cause de la grêle ! "les 4 saisons" !  Des paysans sans terres qui veulent s'installer et en sont empêchés par le système productiviste et ses ramifications. De qui se moque-t-on ?

 

 Ma proposition :

 

Je vais demander

  • à ce que la cuisinière cuisine et soit formée, informée sensibilisée pour elle-même et pour les autres. Si aucun changement, je retire mon fils de la cantine à mortbouffe.

 

  •  le cas échéant, à ce que mon fils puisse apporter son repas non réchauffé au micro ondes tous les midis sans non plus le pénaliser d'aucune manière que ce soit
  • à ce que les autres parents se mobilisent, ainsi que l'instituteur, la mairie, le conseil régional, le conseiller général du canton et autres élus et professionnels.

 

  • Je demande de fait, l'organisation des états généraux de l'alimentation sous forme citoyenne avec films, débats, réunions, informations, expositions et en partenariat avec d'autres citoyens, réalisateurs, restaurateurs, parents, victimes, paysans locaux, associations et enseignants. Les outils pédagogiques existent et j'ai le réseau pour le faire et les compétences. Je me mets à la disposition pour qu'enfin cessent ces pratiques et qu'on revienne au bon sens puisqu'on le PEUT. Je demande aux institutions et entreprises éthiques locales d'y être partenaires !!!!!! Et si elles ne veulent pas, on le fera quand même. Je demande à l'eurodéputée Catherine Grèze de me soutenir ainsi qu'au conseiller Régional Alain Ciekanski et toutes les bonnes volontés comme Xavier Denamur, Jean-Paul et Béatrice Jaud, etc, etc

 



 



 

 

 

Je refuse que mes enfants m'accusent et vous ?

 

Pour se faire, j'ai demandé à Xavier Denamur, film "La république de la malbouffe" ceci :

"ton clip est génial............tu ne peux pas savoir comme ça me réchauffe le cœur au micro ondes... faut qu'on cause sérieux... j'ai envie d'organiser une projection débat dans les villages alentours, des états généraux c'est une belle idée. Mais à coups sûrs, les intéressés ne viendront pas. Comment faire ? Il faudrait ton clip en intro. dis-moi.... fédérons nos énergies créer c'est résister. Travaillons ensemble, stp...

il faudrait mettre trois films au menu avec ce clip... "nos enfants nous accuseront", "la république de la malbouffe" et "sans terres et sans reproches"... avec un repas bio local ou tout au moins un apéro dinatoire organisé avec les paysans locaux... faut que j'en parle et réfléchisse...

 

il y a environ une heure · J’aime · 1..

 

Stéphanie Muzard il faudrait diffuser cette idée partout, que les parents s'en saisissent....

 

il y a environ une heure · J’aime..

 

Xavier Denamur : Bonne idée, Nico Llory t'en penses quoi?

 

il y a environ une heure · J’aime..

 

Stéphanie Muzard je suis en train de compiler tt ça sur un article pour mon blog, xav.

je peux voir avec béa jaud aussi, c'est des copains. J'ai souvent filé mon DVD sans terres pour faire du lobby citoyen. Qu'en est-il de ton CD ?

 

Xavier Denamur : Stéphanie,  j'ai offert 50000 DVD avec le magazine rue89 "Malbouffe libérez - vous" . 230 000 euros engagés dans la production et distribution,  21 000 de retour... Le film est aussi disponible sur Ipad avec le dossier de rue89 pour 80cts je crois donc gratuit. Plusieurs associations et salons l'ont ou vont encore le diffuser gratuitement. Voilà,  je ne peux pas faire beaucoup plus sauf à le mettre prochainement en ligne sur www.vegr.fr , j'attends le bon timing.

 

---------------------------------

 

Laissez moi vos avis et commentaires, suggestions, sous cet article.

 

Désormais IL FAUT CONSTRUIRE et passer à l'action, avec ou sans autorisations.


La révolution du poireau continue !

MERCI.

 

534050_10200162745734415_284900227_n.jpg

 

-------------------------------------  http://www.consoglobe.com/agriculture-bio-inra-demontre-superiorite-cg

 

Quand l’Inra démontre la supériorité du bio

 
Quand l'Inra démontre la supériorité du bio
 

L’Inra présente les résultats d’une étude sur l’impact de l’eau en agriculture biologique. L’organisme de recherche public s’est posé diverses questions et abouti à des conclusions sur les conséquences de l’agriculture bio sur les consommations d’eau, de carburant et de pesticides ; sur la valeur de la production agricole. Une étude dont vont s’emparer les partisans du bio.

L’impact de l’agriculture biologique

inra agriculture bioLes chercheurs de l’Inra de Montpellier ont planché sur les questions suivantes :

Quel est l’impact de l’évolution de l’agriculture biologique (AB) en Camargue ? Quelles sont les expérimentations de l’Inra en riziculture biologique ? Quelles sont les conditions et les limites de développement de l’AB pour répondre à un enjeu de qualité de l’eau à une échelle territoriale ? (1)

> L’une de leurs études issue du programme Camargue-Bio2 sur la riziculture biologique en Camargue montre qu’une augmentation de 20% des surfaces agricoles converties en AB aurait pour conséquences probables à l’échelle de la Camargue une diminution des surfaces cultivées en riz, et une diminution des consommations d’eau, de carburant et de pesticides ; la valeur de la production agricole serait maintenue.

Rizière bio au stade du tallage du riz (Camargue) image Inra.

Rizière bio au stade du tallage du riz (Camargue) .

L’Inra a mené plusieurs expérimentations sur des sujets proches. On peut citer :

- la gestion complexe des adventices (mauvaises herbes) dans les rizières,

- le dessalement des sols par la culture de riz ou encore l’introduction de la diversification des rotations avec des cultures non submergées (pluviales), comme le blé dur, le tournesol, les lentilles…

- les incitations locales à la gestion préventive de la qualité de l’eau et à leurs répercussions sur les conversions des exploitations à l’AB dans les aires d’alimentation de captage d’eau potable, en France et en Allemagne(3).

La question des captages d’eau

Le programme ABiPeC de l’Inra porte sur le captage d’eau. En France métropolitaine, il existe près de 33 000 captages d’eau potable (auxquels sont associées des aires d’alimentation) qui permettent de prélever l’eau à l’état brut dans les nappes souterraines, les cours d’eau, les sources.

> L’étude montre que les politiques incitatives sont rarement favorables à un développement de l’Agriculture bio dans les territoires à enjeu « eau ». Pour conjuguer la gestion préventive de la qualité de l’eau et l’AB, la combinaison de quatre conditions apparaît indispensable dans les territoires :

- des systèmes de production déjà largement extensifs, - une sensibilité locale très favorable à l’AB à la fois chez les agriculteurs, les gestionnaires de l’eau et les collectivités territoriales, - des filières biologiques structurées et largement demandeuses, - des incitations financières très attractives.

Nous aurons l’occasion de revenir sur ces études qui apportent des éléments de fond au débat sur l’agriculture biologique face à l’agriculture industrielle.

 

-------------------------

 

Cargill innove dans la production de fromages analogues, grâce au système fonctionnel Lygomme™ACH Optimum :

logo-cargill Cargill lance une vraie innovation, qui permet de fabriquer un fromage analogue très économique et sans aucun ingrédient laitier, destiné au marché des pizzas et divers plats préparés.

Le système fonctionnel Lygomme™ACH Optimum (en attente de brevet) reproduit la fonctionnalité des protéines du lait et les remplace totalement, offrant ainsi au producteur un avantage sans précédent en termes de coût.

Fabien Bouron, spécialiste des applications laitières chez Cargill, explique : « Le fromage représente environ 15 pour cent des ingrédients d’une pizza. Son prix élevé – et instable – peut avoir une incidence importante sur le coût de la fabrication des pizzas surgelées. Jusqu’à maintenant, pour protéger leurs marges, les fabricants avaient le choix entre: augmenter le prix du produit, limiter la taille des portions, ou mélanger plusieurs fromages en fonction de leur prix sur le marché. »

 

Le système fonctionnel Lygomme™ACH Optimum met fin à ces incertitudes. Le fabricant dispose maintenant d’une alternative économique au fromage pour pizza, grâce à ce nouveau produit qui remplace entièrement les protéines du lait  dont le prix fluctue sans cesse. L’apparence, le goût et la texture reproduisent fidèlement ceux des fromages analogues obtenus à partir de protéines laitières. Le produit rappelle les fromages traditionnels à pâte dure tels que le gouda, le cheddar ou le gruyère. Quant au client, il y trouve le même plaisir et la même satisfaction.

Une solution sans ingrédients laitiers pour optimiser les coûts En raison de sa composition spécifique, une combinaison de trois amidons, un galactomannane et un carraghénane gélifiant, le système fonctionnel Lygomme™ACH Optimum échappe à la volatilité des prix et à l’instabilité qui en résulte dans le coût de la recette. Même si l’on tient compte de la chute des prix du lait, le système reste très attrayant : il coûte jusqu’à 60 pour cent de moins qu’un fromage analogue standard comparable (qui contient en moyenne 15 pour cent de protéines de lait). Et l’économie atteint 200% si l’on compare avec des fromages traditionnels comme la mozzarella ou l’emmental.

Une solution sans ingrédients laitiers pour la performance De plus, le système fonctionnel Lygomme™ACH Optimum surmonte les difficultés techniques liées au remplacement complet des protéines laitières. Les propriétés physiques et rhéologiques sont identiques à celles des fromages analogues pour pizza. Chaque ingrédient a été soigneusement sélectionné par les experts de l’équipe Cargill pour remplir un rôle particulier : faciliter et stabiliser l’émulsion, apporter une viscosité suffisante durant la production, absorber la phase aqueuse, prévenir le suintement et la synérèse, créer un réseau solide pour permettre la fragmentation ou le tranchage du produit fini, et permettre la refonte.

Une solution sans ingrédients laitiers pour la santé Outre ses avantages notables en termes de coûts et de performance, le système fonctionnel Lygomme™ACH Optimum présente un intérêt sur le plan de la santé : il contient moins de calories (moins de matières grasses, pas de matières grasses saturées) et de phosphates (pas d’utilisation de sels de fonte). Le produit offre une alternative au fromage traditionnel pour les personnes souffrant d’intolérance au lactose. Les végétaliens disposeront d’un produit qui présente les caractéristiques et le goût du fromage, mais sans aucun ingrédient d’origine animale. Enfin et surtout, le système fonctionnel Lygomme™ACH Optimum permet de fabriquer un fromage analogue sans allergènes, qui peut aussi porter les labels ‘halal’ et ‘kasher’.

Nominations aux Awards du salon Food Ingredients Europe 2009 Le système fonctionnel Lygomme™ACH Optimum est une des nombreuses innovations d’un intérêt particulier que présentera Cargill (Hall 8, Booth 8L5) au FIE 2009, du 17 au 19 novembre, à Francfort (Allemagne). Le produit est un des trois nominés aux Food Ingredients Excellence Awards 2009, catégorie ‘Innovation de l’année pour la Laiterie ».

Source : Cargill (17/09/2009)

 



18/09/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 257 autres membres