Stéphanie Muzard, écocitoyenne, artiste et paysanne

Stéphanie Muzard, écocitoyenne, artiste et paysanne

Echillais et incinérateur, alertes serres de pétrotomates à Ste Gemme, usine de déchets : Stéphanie Muzard hier déjà militante contre, aujourd'hui candidate écologiste

sud ouest échillais.JPG

 

 

 

 

Je me permets de faire ce rappel, puisqu'Echillais est sur ma circonscription où je suis candidate aujourd'hui.

 

J'ai fais partie des opposantes actives à relayer et agir à mon niveau.

 

J'avais offert ce dessin au collectif.

 

cochon-d'incinérateur.jpg

 

dessin offert, film fait, présence, et relais... alors ne vous trompez pas de bulletin de vote.... le dessin a fait l'objet de courroux de quelques élus, lorsque je l'ai tendu au ciel lors de la manifestation "Tous Charlie" au monument aux morts, pour la liberté d'expression et je n'ai pas cédé lorsqu'on m'a demandé de baisser mon bras levé tendant ce dessin en signe de désobéissance... c'était avant d'aller manger une galette à la ZAD...

 

hommage-zad-galette-web.jpg

 

Rappel ...

 


 

D'autre part je vais remettre un lien car alerte sur les 17 hectares de serres ( surface la plus grande de France) à fabriquer des pétrotomates d'usine qui devait s'établir sous l'incinérateur et qui apparemment est délocalisée à St Gemme, avec -comme c'est bizarre - une usine de traitement de déchets verts, sur nos propres terres et celles de nos voisins dont il est question d'expropriation (!!!!) afin sans doute d'avoir un lien ensemble...alors qu'à quelques kilomètres à peine, un agriculteur a un projet de méthaniseur plus performant et propre que ce qu'il fait aujourd'hui et que nos terres sont en bio...

Un projet d'usine à déchets contre des terres agricoles biologiques...

 

 

 affiche-péda.jpg

 

http://www.brangeon.fr/environnement/dechets-organiques/traitement-dechets-organiques

 

 Localisation par rapport à la ferme :

https://www.google.fr/maps/place/17250+Sainte-Gemme/@45.7626785,-0.9469781,11.5z/data=!4m5!3m4!1s0x48011258e1af5bd7:0x5674410002c7501d!8m2!3d45.77182!4d-0.888342 

 

 

Berthegille, le dimanche 20 novembre 2016.

 

Recommandé avec Accusation de Réception

Objet : Les champs de Saint-Thomas.

 

 

Monsieur le Président, Monsieur le Maire,

 

 

         Ce samedi 19 novembre j’ai reçu l’invitation à la réunion d’information au sujet du projet de centre de valorisation des déchets verts porté par le Groupe BRANGEON, et je vous en remercie.

Toutefois, ne pouvant pas participer à cette réunion, je vous prie de bien vouloir prendre connaissance des remarques suivantes sur ce sujet.

D’abord sur la forme, informer les potentiels participants à cette réunion qui a lieu le 24 novembre, le 19 novembre, soit seulement cinq jours avant sa tenue est au mieux indélicat, au pire un manque de respect, voire de la provocation.

A moins que l’objectif soit que le nombre de participants soit le plus restreint possible ?

Je ne pourrais donc pas assister à cette première rencontre. Je suis en revanche particulièrement intéressé par l’envoi de la documentation qui sera proposée aux participants.

Ensuite sur le fond. Je souhaite livrer à votre sagacité plusieurs remarques.

 

    -1. Alors que vous avez manifesté votre grande détermination à un rapprochement avec la Communauté de Communes de Gémozac, qu’elle n’est pas ma surprise de constater que vous n’imaginiez pas vouloir intégrer, comme la CCG l’a déjà fait, le Syndicat Intercommunal du Littoral (SIL), porteur du projet d’incinérateur à Echillais, pour traiter ces aspects de déchets verts ?

Echillais est un projet ambitieux, dans la capacité est importante, y compris pour la gestion des déchets verts, en capacité de pouvoir « absorber » les volumes produits par la Communauté de Communes Cœur de Saintonge.

Développer un autre projet, à quelques encablures d’Echillais, quand on sait par ailleurs les levées de bouclier contre ce projet, relève juste de l’inconscience.

         -2. Alors que l’émotion est toujours vive lorsque des projets de ce type viennent faire disparaitre des surfaces agricoles, comment imaginer, avec la proximité d’Echillais, voir émerger un tel projet, alors que des alternatives locales existent ?

Il est nécessaire de conduire des approches globales qui intègrent la proximité des infrastructures locales avant de se lancer dans un tel projet, comme si localement nous étions dans un parfait désert sur ce sujet, surtout quand le mouvement général de l’aménagement du territoire engage à des coopérations intercommunales.

 

      -3. L’argument de l’économie et de l’emploi doit également être approché à un échelon territorial suffisamment vaste. Cette économie et ces emplois peuvent parfaitement apparaître sur le site d’Echillais, qui reste le même bassin économique, de vie et d’emplois. Impacter l’agriculture, en consommant des terres agricoles, impacte aussi l’économie locale et ses emplois non délocalisables. Quand des arguments économiques et d’emplois sont avancés, il faut savoir aussi mettre dans la balance les incidences négatives du projet et proposer une balance objective de ses conséquences.

 

    -4. Le schéma départemental des déchets de Charente-Maritime vient d’être invalidé par le Tribunal Administratif et plonge notre département dans une situation inconfortable et mérite la plus grande sagesse quand à l’égard de nouvelle initiative sur le sujet des déchets. N’est-il pas totalement décalé d’envisager un tel projet dans ce contexte ? N’est-il pas urgent d’attendre ?

 

    -5. La compétence des déchets est désormais une compétence régionale et la Région Nouvelle-Aquitaine travaille sur ce sujet pour établir un projet régional des déchets dans les prochaines semaines. Il ne vous a pas échappé que je suis aussi conseiller régional et que donc je mettrais toute mes forces, toute ma verve pour que ce genre de projet en général et celui-ci en particulier, déconnectés de logiques territoriales cohérentes pour les raisons développées plus haut, ne soient plus possibles dans ce schéma régional des déchets.

 

         Dans l’espoir que vous saurez valablement entendre mes arguments, je vous prie Monsieur Le Président, Monsieur le Maire, bien vouloir accepter mes cordiales salutations.

 

Benoît BITEAU

Gérant du GFA de la Vallée de Berthegille.

 

 

------------- A noter. Publication le 24/11/16

 

Suite à la réception du courrier AR de Benoît relayé sur notre site, envoyé au maire et au Président de la communauté de communes de St Porchaire, au sujet du projet de l'"écosite" tri déchets verts sur des terres agricoles de Ste Gemme, la réunion d'information a été reportée car il a été trouvé légitime qu'entre la réception de la convocation et la date de réunion étaient trop courte. A suivre...

 

 

Quelques jours après, nous avons été invités à rencontrer le Président de la Communauté de Communes de St Porchaire, et un des représentants du projet qui nous invitait à visiter une de ses usines "modèles". Nous avons argumenté et personnellement, je ne suis pas favorable à cette usine parce qu'elle me semble anti agronomique et un étrange prétexte alors qu'un petit projet de méthanisation non loin de là a besoin de cette matière pour fonctionner. Nous ne sommes toujours pas allés visiter cette "usine" car nous considérons que ce sont tous les citoyens impactés qui doivent être invités à cela, d'autant que je reste sceptique sur une telle "gestion" des déchets "verts" dont le sol a besoin pour recréer de l'humus.. ( BRF, compostage, etc, autant de solutions différentes qui n'ont aucune nuisance ni même olfactive)

 

------------- aujourd'hui, 6 juin 2017,  silence radio. Je suis candidate sur cette circonscription et je tenais à en informer ou faire un rappel aux citoyens...

 

ALERTE et danger sur terres agricoles: 17 hectares de serres pour tomates hors-sol industrielles à Ste Gemme

ALERTE, La même prévue qu'à l'incinérateur d'Echillais ?

 

Une usine à tomates hors-sol et hors saison (donc pétrotomates fabriquées et non cultivées), dénommée "Maraîchers Charentais", une société SAS créée pendant l'été 2015 (!!!!!?) ayant son siège social à Rochefort (!!!), est en demande de permis de construire sur la commune de Ste Gemme (17) pour 17,2 HECTARES (!!!!) de SERRES et 6000 m2 de bâtiment, 2600 m2 de parking, 3 unités de cogénération. Bizarre de mettre cela dans la rubrique agriculture.

 

Lu sur l'hebdo économique APS, l'information Stratégique de Nouvelle Aquitaine , n° du 28 octobre 2016, page 10... est-ce la même qui devait s'installer sous l'incinérateur d'Echillais avec de la dioxyne ?
Disparition de surfaces agricoles, bétonnage, nuisances sur les emplois réellement paysans, industrie énergivore, bilan carbone, impact sur le climat, produits non sains, santé publique, déchets à venir, etc ?????

 


Que se passe-t-il Monsieur le Maire de Ste Gemme ?

Que signifie cette opacité ?

Heureusement que je fais du TRI sélectif dans mes poubelles de papier et que je TROUVE cet hebdo !

 

 

IMG_001.jpg

p10-d'aps.jpg

 

170 000 m2 de serres !

C'est bien le projet industriel fou d'Echillais qui tente de se "délocaliser" à Ste Gemme à 20 kms !
Là où aussi une usine de traitement de déchets verts veut aussi s'installer sur nos terres agricoles bios...

 

http://www.sudouest.fr/2014/11/13/l-une-des-plus-grandes-serres-de-tomates-de-france-en-projet-1734287-1504.php

 

 

http://www.val-de-seudre-identi-terre.com/un-projet-d-usine-a-dechets-contre-des-terres-agricoles-biologiques

Par QUI ?

 

Le dirigeant de la Société ! http://dirigeant.societe.com/dirigeant/Jean-Pierre.CHAMBET.02995406.html#FHs7rkwbd0tiTAHA.99

 

Jean-Pierre CHAMBET dirige 17 entreprises (17 mandats), son mandat principal est Président au sein de l'entreprise E.C.B.L. - ENTREPRISE DE CONSTRUCTION ET BATIMENT DU LITTORAL (113 personnes, CA: 25 809 400 €). Jean-Pierre CHAMBET évolue dans le secteur d'activité BTP et construction.
Arlette CHAMBET fait partie du réseau de Jean-Pierre CHAMBET elle est Gérant dans l'entreprise SCI CHAMBET JPAG.

Read more at http://dirigeant.societe.com/…/Jean-Pierre.CHAMBET.02995406…

 

 

"C’est l’histoire d’un dessinateur du bâtiment devenu investisseur et patron .

Kharinne charov k.charov@sudouest.fr Le projet de serres à tomates chauffées par l’énergie du futur incinérateur, c’est lui. La réhabilitation de l’hôtel Le Paris, c’est encore lui. ECBL, la plus grosse PME indépendante de gros œuvre du département, c’est toujours lui. On le retrouve même à la vice-présidence de la Fédération du bâtiment et, depuis cette année, à la présidence du Rotary ! Mais qui est donc Jean-Pierre Chambet ? Pas les piles Duracell comme Tapie dans une vieille pub, non, simplement « la passion et le challenge. Je veux éviter la routine », explique celui qui, à 60 ans, n’a pas du tout l’intention de couler une paisible retraite. À parcourir son CV, on aura compris…"

 

 

Décidément le BTP et la pseudo agriculture, entre la ferme des mille vaches et la fabrique à pétrotomates...

Quel est le rapport entre la maçonnerie générale, l'agriculture et la "fabrication" de pétrotomates ?

Sans doute le mauvais goût, béton.

 

Que se passe-t-il Monsieur le Maire de Ste Gemme ? Oui vraiment, ça nous intéresse !

 

Stéphanie Muzard et Benoît Biteau.

 

 

article sud ouest.JPGarticle sud ouest p 2.JPG




sud ouest p3.JPG

 

chambert.JPG

 

 

Dernière coupure de journal qui nous a été envoyé, datant de janvier 2016, ajouté le 16/12/2016

 

15554991_1824072027872232_615878340_n.jpg

 

 

source de ses deux articles que j'avais écris ici : 

 

http://www.val-de-seudre-identi-terre.com/alerte-et-danger-sur-terres-agricoles-17-hectares-de-serres-pour-tomates-hors-sol-industrielles-a-ste-gemme

 

http://www.val-de-seudre-identi-terre.com/un-projet-d-usine-a-dechets-contre-des-terres-agricoles-biologiques



06/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 257 autres membres